Vues d’exposition :


« Entre-temps »

David Falco & Lucie Taïeb
Exos Lucius,Saint-Maurice-lès-Chateauneuf, 4 mai-23 juin 2019

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Paysage lacustre », 1810-2017

69,2 x 103 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Paysage lacustre », détail I, 1810-2017

69,2 x 103 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Paysage lacustre », détail II, 1810-2017

69,2 x 103 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Paysage lacustre », 1810-2015

étude & détail, 45 x 60 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Le Riesengebirge au clair de lune », 1810 - 2015

101,6 x 167 cm


De C. D. Friedrich à Bernd et Hilla Becher.

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Prairies près de Greifswald », 1820-2015, étude

35 x 48,9 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Prairies près de Greifswald », 1820-2015

52 x 73 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« L’arbre solitaire ou Paysage champêtre, au lever du jour », détail I, 1822-2017,

55 x 71 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« L’arbre solitaire ou Paysage champêtre, au lever du jour », 1822-2017, 55 x 71 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« L’arbre solitaire ou Paysage champêtre, au lever du jour », détail I, 1822-2017

55 x 71 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Brume sur le Riesengebirge », détail I, 1820-2015

54,9 x 70,3 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Brume sur le Riesengebirge », 1820-2015

54,9 x 70,3 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Brume sur le Riesengebirge », détail II, 1820-2015

54,9 x 70,3 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Brume sur le Riesengebirge », 1820-2015, étude

39,05 x 50 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Paysage de montagne dans la brume », 1808-2015

71 x 104 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Paysage de montagne dans la brume », détail II, 1808-2015

71 x 104 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Le Watzmann », 1824-2015

133 x 170 cm

info
×
David Falco photography
David Falco photographe
Caspar David Friedrich
Entre-temps, après Caspar David Friedrich



« Le Watzmann », détail I, 1824-2015

133 x 170 cm

info
×

Entre-temps, après Caspar David Friedrich
1774-2018



S’il est possible de mesurer l’espace en pas ou en centimètres, comment rendre compte de l’écart entre deux pensées contemporaines de leur temps, éloignées l’une de l’autre de plus d’un siècle ?

Précédant la naissance de la photographie, l’œuvre picturale de Caspar David Friedrich fascine par sa capacité à générer la rêverie, et de par sa dimension d’archive, concrétise une relation à la nature révolue.

Dans cette série de «reprises » réalisée à partir d’une sélection de reproductions photographiques haute définition d’œuvres du peintre, j’évoque d’une part une vision contemporaine de la ruine et d’autre part, l’expérience du sentiment du sublime et de sa rémanence, deux thèmes qui traversent l’œuvre de Friedrich.

Pour confronter nos représentations, perceptions et préoccupations paysagères, je matérialise cet écart et le traduit en images par l’ajout et le montage d’éléments contemporains significatifs, tout en respectant les compositions et le traitement pictural du peintre.

L’hybridation de faits réels, fictifs ou médiatiques dans les strates de l’image-document confère à l’espace une dimension temporelle, tout en dévoilant les formes de la pensée paysagère d’une époque.



Cette série de photographies a été produite avec le concours financier de la Région Nouvelle-Aquitaine (2015).

Inter-Time Series, After Caspar David Friedrich, 1774-2018

If it is possible to measure space in steps or centimeters, how can one account for the distance between two forms of thought, each contemporary to their respective era and separated by more than a century?

Caspar David Friedrich’s pictorial work, prior to the advent of photography, fascinates for its ability to generate reverie, and, through its archival aspect, concretizes a bygone relation to nature.

I created this series of “reprises” from a selection of high-definition photographic reproductions of the painter’s works. My series evokes, on the one hand, a current vision of ruin and on the other, the experience of the feeling of the sublime and its persistence, two themes that cross Friedrich’s work.

To contrast our representations and perceptions of landscape, and our preoccupations with it, I materialize the interval between us and translate it into images through the addition and montage of significant present-day elements, all the while respecting the painter’s compositions and pictorial treatment.

The hybridization of real, fictional, or media events in the strata of the document-image confers a temporal dimension on its space, while revealing an era’s forms of landscape thought.

Using Format