David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape
David Falco photography
David Falco photographe
Sad Landscape

Sad landscape



Cette série de photographies est réalisée à partir de formations naturelles créées par l’accumulation de matière végétale et l’assèchement de zones humides. Ces formations, très sensibles aux aléas climatiques, sont rares et éphémères. Je les photographie en milieu primitif, terrestre et aquatique, dans le département de la Vienne, dans un fossé en bord de route, ou dans le parc naturel régional de la Brenne.

Les milieux humides, brandes et étangs, objets d’études scientifique et de conservation, sont également des objets de fascinations propices aux rêveries, à l’apparition de légendes et aux représentations imaginaires.
Le choix d’un éclairage équivoque ne permet pas de déterminer s’il s’agit de photographies diurnes ou nocturnes. Je crée ainsi des paysages où la pénombre et l’absence d’horizon accentuent la perte de la notion d’échelle. Ces étendues hostiles, vides de tout repère, pourraient être des clichés communiqués par une sonde spatiale, ou bien encore des photographies réalisées au microscope électronique.

Je réalise les prises de vues en photographie numérique. Une fois le minutieux travail d’ajustement et de retouche terminé, les fichiers sont ensuite transférés sur un film négatif noir et blanc. Ils font alors l’objet d’un tirage argentique traditionnel. L’utilisation de filtres de traitements de l’image numérique emprunté à l’imagerie scientifique (filtre d’accentuation, interprétation puis suppression des couleurs, réglage de la densité, etc.) et le tirage argentique traditionnel, l’appréhension de ces images est le résultat d’une perception où s’entremêlent vision intérieure à l’Histoire des images et notre propre histoire.
Ainsi, ces photographies nous rappellent également les gravures anciennes représentant des paysages de montagnes aux pics démesurés, où tout est déchiré, hérissé, chaotique, menaçant pour l’homme, et reflétant d’antiques terreurs. Bien avant l’invention de l’alpinisme moderne, la montagne était alors alors le sanctuaire des esprits malins, des démons et autres créatures imaginaires. Objet de croyances et de superstitions, la nature suscitait l’effroi. Ainsi crainte, elle était protégée des assauts répétés d’une domestication à l’excès.

À la manière d’un scientifique muni d’un sismographe mélancolique, d’un appareils imageur altéré, j’enregistre et compose un agrégat de données. Cependant, malgré la quantité et la diversité des informations recueillies, celles-ci ne nous permettent pas de déterminer précisément l’origine et la nature du territoire représenté. Au contraire, cette accumulation d’images suscite doute et confusion.


Projet réalisé avec le concours de la Direction régionale des affaires culturelles Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes, aide individuelle à la création 2015.


10 photographies, 2012, 2013, 2015 et 2017

Prise de vue, travail de retouche, de tirage et d’écriture en cours.
Using Format